logoIC
Yaoundé - 25 mars 2019 -
Banque

L’Etat exige de la Commercial Bank-Cameroun un résultat de 2,6 milliards FCFA en 2020 afin d’ouvrir le capital aux investisseurs privés

L’Etat exige de la Commercial Bank-Cameroun un résultat de 2,6 milliards FCFA en 2020 afin d’ouvrir le capital aux investisseurs privés

(Investir au Cameroun) - Sortie d’une restructuration en 2016 grâce au concours des capitaux publics, la Commercial Bank-Cameroun (CBC) est désormais sous contrat de performance avec l’Etat Cameroun.

Ce contrat dont Investir au Cameroun a obtenu copie, couvre la période 2018-2020.

Dans ce sens, l’Etat du Cameroun exige de la CBC dirigée actuellement par Léandre Djummo, un triple objectif : « asseoir dans l’établissement un cadre de gouvernance conforme aux bonnes pratiques ; parvenir à une consolidation de l’assise financière de la banque au regard des normes prudentielles en vigueur ; préparer l’ouverture du capital de la banque au profit des investisseurs crédibles, conformément à l’engagement de l’Etat, actionnaire majoritaire ».

En termes d’objectifs financiers, la CBC doit, dans le cadre dudit contrat, pouvoir présenter des dépôts d’une valeur de 215,480 milliards FCFA en 2018 contre 172,384 milliards FCFA en 2017. En 2019, l’Etat attend des dépôts d’une valeur de 249,650 milliards FCFA et de 268,697 milliards FCFA en 2020.

Le total bilan, quant à lui, doit être de 295,210 milliards FCFA en 2018 pour évoluer à 328,726 milliards en 2019 et 356,946 milliards en 2020.

En termes de bénéfice, l’Etat exige de la CBC un montant de 1,803 milliard FCFA en 2018, puis 2,110 milliards en 2019 et 2,603 milliards en 2020.

Les fonds propres nets corrigés de 12,016 milliards en 2017 doivent progresser à 12,937 milliards en 2018, puis à 14,097 milliards en 2019 et 15,529 milliards FCFA en 2020.

En 2016, l’Etat du Cameroun et la Commission bancaire de l’Afrique centrale ont mené avec succès le redressement de la CBC, dans la perspective d’une cession des parts de l’Etat à des investisseurs privés crédibles. 

Fondée en 1997, la CBC a connu, en 2009, des difficultés en termes de respect des ratios prudentiels et de préservation des fonds propres. La banque était dirigée à l’époque de ces contreperformances par le milliardaire Yves Michel Fotso, aujourd’hui emprisonné pour détournement et complicité de détournement de deniers publics.

L’administration provisoire de la CBC d'un capital de 12,5 milliards FCFA a été prorogée six fois.

S.A

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n83: Mars 2019

La douloureuse facture des importations

Parole d’expert : le point sur le secteur agricole camerounais



Business in Cameroon n73: March 2019

A heavy import bill

An expert review of Cameroon’s agricultural sector


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev