logoIC
Yaoundé - 15 septembre 2019 -
Economie

Pourquoi les banques camerounaises ont abandonné le marché des transferts de fonds à Western Union et Money Gram

Pourquoi les banques camerounaises ont abandonné le marché des transferts de fonds à Western Union et Money Gram

(Investir au Cameroun) - Dans une récente étude faisant le « Panorama des transferts de fonds dans les pays de la CEEAC », financée par le secrétariat en charge du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et la Commission européenne, l’on y apprend qu’en général, le marché des transferts au Cameroun est dominé par deux Sociétés de transfert d’argent (STA) : Western Union et Money Gram. D’autres sont présentes, mais de façon minoritaire.

« Au Cameroun et dans le reste des pays de la CEEAC, seulement les banques peuvent avoir la licence pour opérer en devises étrangères. La banque, propriétaire de la licence, travaille comme agent pour la STA. La clause d’exclusivité que Western Union ou Money Gram impose à la banque, comme il l’est bien connu, est de travailler avec une seule STA », indique le rapport.

Ce « Panorama » relève à titre d’exemple que dans le cas de National First Bank, un établissement camerounais de langue et culture anglaises, présent surtout dans les zones anglophones du Cameroun, il y a une employée de la banque qui est, dans la pratique, une représentante de Western Union dans la banque même, et gère toutes les opérations. La formule qui décrit la situation au Cameroun est donc : une banque (ou autre établissement financier) - un guichet Western Union (ou Money Gram) dans le bâtiment de la banque.

« Ce manque d’intérêt pour être prestataire de services de transferts de fonds (mono-prestataire) découle simplement du fait que les établissements financiers au Cameroun, notamment les banques, ne semblent pas considérer les migrants comme un marché intéressant ou comme des clients individuels différents des autres », révèle l’étude. Elle ajoute que les migrants sont considérés comme des clients risqués du point de vue économique et dans d’autres cas même du point de vue politique.

Avec ses 200 milliards de FCFA, le Cameroun est néanmoins le 2e pays de la CEEAC, derrière la RD Congo (1,405 milliards de dollars), à recevoir des transferts de fonds de migrants africains en 2018, selon ce « Panorama des transferts de fonds dans la CEEAC ».

Sylvain Andzongo

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n89: Septembre 2019

Le coût faramineux de la « crise anglophone »


Décollage réussi pour la Transahélienne de Camair-Co


Business in Cameroon n79: September 2019

The outstanding cost of the Anglophone Crisis


Camair-Co: The Trans-Sahelian line successfully launched

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev