logoIC
Yaoundé - 19 avril 2024 -
Gestion publique

Patronat : la fusion avec Ecam divise le Comité des sages et le Conseil d’administration du Gicam

Patronat : la fusion avec Ecam divise le Comité des sages et le Conseil d’administration du Gicam

(Investir au Cameroun) - Le Comité des sages du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), qui s’est réuni le 25 mai 2023 à Douala, pour donner son avis sur la fusion entre la plus importante organisation patronale du pays avec Entreprises du Cameroun (Ecam), une autre organisation du patronat, née en 2009 suite à des dissensions au sein du Gicam, est désormais divisé. « Le procès-verbal qui a suivi et qui circule, n’est ni conforme à nos échanges, ni même en cohérence avec la nature statutaire du comité des sages, tel qu’il a été pensé lors de sa création. Je ne peux en toute responsabilité, et en mon âme et conscience, valider des délibérations non conformes à la réalité de nos débats », soutient Henri Fosso, le patron de Fimex International et membre du Comité des sages du Gicam, qui a physiquement pris part à la réunion de Douala. Cette révélation est faite dans une mise au point publiée ce 29 mai 2023 par le journal Mutations.

« L’instrumentalisation des résolutions (parfois falsifiées) de cette réunion, porte un coup grave à l’image et la posture des sages que nous sommes, et devrions être », accuse par ailleurs Henri Fosso. Avant de rappeler que « le Comité des sages n’a pas vocation à donner des injonctions ni des instructions au président du Gicam élu par les adhérents. Le Comité des sages émet des avis non contraignants qui doivent servir d’outils d’aide à la décision pour le Conseil d’administration et le président du Gicam. Cet avis se veut confidentiel et ne doit nullement être porté à la connaissance du public ».

En effet, selon les termes du PV de la réunion du Comité des sages du Gicam, qui a été révélé par Investir au Cameroun, « le Comité, ayant constaté des erreurs de forme et de fond dans le traité de fusion signé avec Ecam le 5 avril (entre autres : informations incomplètes, saisines tardives du Comité des sages), demande au président de Gicam de surseoir immédiatement toute activité sur le traité de fusion jusqu’à l’exécution à la satisfaction du Comité des sages d’une “due diligence” par un cabinet compétent pour réassurer les membres du Gicam sur le bien-fondé du dossier. Par contre, le Comité conseille le président du Gicam que pour atteindre son objectif, déclaré louable et entièrement soutenu par le Comité des sages, c’est-à-dire d’unifier la voix des membres de Ecam avec celle des membres du Gicam, tout en rehaussant la réputation et pérennisant le nom du Gicam, d’inviter Ecam de s’abonner au Gicam et de leur proposer un siège institutionnel au Conseil d’administration. Ces deux avis sont adoptés à l’unanimité par le Comité comme étant à la lettre et dans l’esprit de l’Article 17 des statuts du Gicam », peut-on lire dans le document signé du nouveau président de cette instance, en la personne de Richard Howe, ancien directeur général de British American Tobacco (BAT) Cameroun.

René Mbayen aussi…

Fosso ne précise pas les aspects du PV qui ne sont pas conformes aux échanges qui ont eu lieu au cours de la réunion, encore moins les résolutions qui auraient été falsifiées. « Parler d’unanimité, c’est travestir la vérité et la réalité de nos délibérations », pointe-t-il cependant. Bien qu’il se refuse de rapporter ses propres propos tenus au cours de la réunion, « par respect pour le secret de nos délibérations », ce membre du Comité des sages du Gicam confesse que « par honnêteté intellectuelle », et « à titre personnel », il est « pour la fusion Gicam-Ecam ».

De bonnes sources, le patron de Fimex International n’est pas le seul membre du Comité des sages à émettre des réserves sur le PV issu de la réunion du 25 mai 2023 à Douala. Un autre membre de cette instance, en l’occurrence René Mbayen, ancien patron de Cameroon Shipping Lines (Camship), qui était physiquement absent, mais s’est fait représenter à la réunion, s’offusque également du contenu du document final sorti des travaux derrière lequel il croit percevoir de « l’activisme », souffle une source proche du dossier. Selon notre source, il s’interroge sur l’expression « à l’unanimité » contenue dans le document et regrette que la position et les arguments de chaque membre ne figurent pas dans le PV.

Pour l’heure donc, au moins deux voix sur huit émergent pour exprimer leurs réserves sur le PV issu de la réunion du Comité des sages du 25 mai 2023. Il est à noter qu’en dehors du président Richard Howe, Olivier Behle, fondateur du cabinet-conseil qui porte son nom ; Henri Fosso, patron de Fimex International, et André Siaka, patron de Roud’Af, ont physiquement pris part aux travaux. Armel François, ancien directeur général des Plantations du Haut-Penja (PHP), et Roger Mbayen, ancien patron de Cameroon Shipping Lines (Camship), ont été représentés. Absents, Paul Kammogne Fokam, patron d’Afriland First Group, et Louis Yinda, ancien directeur général de la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), ont été consultés, selon les termes du PV.

Dans une interview publiée, ce 29 mai par le journal EcoMatin, l’ancien président du Gicam, André Siaka, a pour, sa part, clairement dit son opposition au traité de fusion qui consacre la dissolution du Gicam et marqué sa préférence pour une absorption de Ecam par le Gicam. Il a également pointé « des manquements sur les plans de l’éthique et de gouvernance » qui accompagnent le processus. L’ancien directeur général de la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) dénonce notamment le fait que le traité de fusion ait été signé avant la consultation du Comité des sages et l’autorisation de l’Assemblée générale.

Réunions houleuses

Les dissensions qui apparaissent ainsi au sein du Comité des sages du Gicam au sujet de la fusion entre cette organisation patronale et Ecam, actée par un traité signé le 5 avril 2023 à Douala, surviennent après la fissure qui s’est fait jour sur le même sujet au sein du Conseil d’administration du Gicam. En effet, alors que des proches du président du Gicam soutiennent depuis le début que la fusion a été acceptée « à l’unanimité » par les membres du Conseil d’administration, une session de cette instance, tenue le 5 mai 2023, a laissé percevoir des oppositions à la fusion. En effet, au cours de cette session, apprend-on de source autorisée, Jacques Jonathan Nyemb, administrateur du Gicam, a clairement émis des réserves sur ce projet, provoquant une fin houleuse de la rencontre. Dans ce contexte de déchirures au sein de certains de ses organes statutaires, les sessions du Conseil d’administration et l’Assemblée générale du Gicam, respectivement prévues le 30 mai et le 2 juin 2023, s’annoncent non moins houleuses.

Pour rappel, selon des membres du Gicam, des sources internes au Conseil d’administration et au Comité des sages, ce n’est pas tant la fusion entre le Gicam et Ecam qui est décriée. C’est que de nombreux membres de ses instances, au regard du mécanisme de fusion privilégié, notamment la fusion-création en lieu et place de de la fusion-absorption, soupçonnent le président du Gicam, Célestin Tawamba, de manœuvrer pour s’éterniser à la tête du patronat camerounais. Son 2e mandat, qui s’achève en décembre 2023, est censé être le dernier, selon les textes actuels du Gicam.  

Les tenants de cette thèse, comme le PDG de la société de plasturgie Mit Chimie, Emmanuel Wafo, rappellent que lors de son investiture comme président du Gicam, le 29 juin 2017, le PDG de la Holding Cadyst Consumer Group (HCCG) s’était engagé à ne ménager aucun effort pour « réunir et fédérer tous les patrons au sein de la maison commune qu’est le Gicam… » Or, la préférence pour la fusion-création au lieu de la fusion-absorption consacre la dissolution du Gicam et la création d’une nouvelle entité. Ce qui remettrait les compteurs à zéro, permettant à Tawamba de se reprendre la tête du patronat. Ce qui ne lui ai pas autorisé en l’état actuel des textes du Gicam.

Brice R. Mbodiam   

Lire aussi :

27-05-2023 - Fusion Gicam-Ecam : Célestin Tawamba désavoué par le Comité des sages

24-04-2023 Fusion Gicam-Ecam : Emmanuel Wafo entre en guerre contre Célestin Tawamba

10-04-2023 - Gicam-Ecam : comment la fusion ouvre la porte au maintien de Célestin Tawamba à la tête du patronat

le-cameroun-confie-un-contrat-de-10-ans-a-l-ivoirien-impact-palmares-r-d-pour-la-securisation-de-son-visa-electronique
Le ministère des Relations extérieures a révélé que la société ivoirienne Impact Palmarès R&D SAS va gérer pendant 10 ans, renouvelables, son service...
capitalisation-boursiere-la-bvmac-toujours-loin-de-ses-objectifs-malgre-une-hausse-de-pres-de-37-en-2023
Selon le dernier rapport sur la politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), publié en mars 2024, l’activité boursière dans la...
visas-d-etudes-en-france-erratum
Le communiqué "Visa d’études en France : 7 structures spécialisées dans la fourniture d'attestations de virement irrévocable reconnues illégales",...
cemac-les-projets-miniers-devraient-porter-la-croissance-moyenne-annuelle-a-3-7-entre-2025-et-2027-beac
Après un taux de croissance économique de 3,6% attendue dans la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale) en 2024, soit son plus...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev