logoIC
Yaoundé - 28 octobre 2020 -
Agriculture

L’exploitation forestière et l’agriculture vivrière ont ralenti la croissance du secteur primaire au Cameroun en 2019

L’exploitation forestière et l’agriculture vivrière ont ralenti la croissance du secteur primaire au Cameroun en 2019

(Investir au Cameroun) - En dépit d’un ralentissement de rythme, la croissance des activités dans le secteur primaire a encore été au rendez-vous au Cameroun en 2019. Selon le rapport sur les comptes nationaux, que vient de publier l’Institut national de la statistique (INS), le taux de croissance dans ce secteur a été de 2,8% l’année dernière, après avoir atteint 5,1% en 2018.

Cette perte de 2,3 points de pourcentage en glissement annuel est, selon l’INS, le fait de l’agriculture vivrière, puis de la sylviculture et l’exploitation forestière, deux branches dans lesquelles les activités ont été moins dynamiques qu’en 2018.

En effet, souligne le rapport, la croissance dans l’agriculture vivrière a culminé à seulement 3,3% en 2019, après 5,1% un an auparavant. Les activités sylvicoles et l’exploitation forestière, quant à elles, ont fortement ralenti, puisqu’elles ont perdu un peu plus de 9 points de pourcentage en 2019, passant de 7,3% en 2018, à -2,7% l’année dernière.

En revanche, le rapport de l’INS révèle une croissance modérée dans la sous-branche de l’agriculture industrielle et d’exportation (+0,7% en 2019), en raison, souligne l’institut, de la mise à niveau des équipements de production par la Sodecoton, la réduction des pertes post-récolte de coton, et l’entrée en production de nouvelles unités de transformation de fèves de cacao dans le pays.

Il en est ainsi de l’opérateur Neo Industry, situé dans la localité de Kekem, dans la région de l’Ouest. Dotée d’une capacité de production de 32 000 tonnes, cette usine, selon les statistiques de l’Office national du cacao et du café (ONCC), a clôturé sa campagne inaugurale avec 4 286 tonnes de fèves transformées.

 Cette performance est aux antipodes de celle de Sic Cacaos, filiale locale du Suisse Barry Callebaut. Grâce à l’augmentation tout aussi récente de ses capacités de transformation (35 000 à plus de 50 000 tonnes), cet opérateur a broyé 75% (53 691 tonnes) des fèves camerounaises au cours de la dernière campagne cacaoyère.

Brice R. Mbodiam

en-ralentissement-dans-le-prive-7-4-l-investissement-public-11-4-a-tire-la-croissance-au-cameroun-en-2019
Au cours de l’année 2019 au Cameroun, l’investissement a été plus dynamique dans le public que dans le secteur privé, révèle l’Institut national de la...
l-association-camix-annonce-le-lancement-des-points-d-echange-internet-au-cameroun
Le bureau exécutif de l’association « Cameroun Internet Exchange Point » (Camix) et le ministre en charge des Télécoms, Minette Libom Li Likeng,...
cameroun-congo-les-etudes-pour-la-construction-du-barrage-de-chollet-600-mw-annoncees-pour-le-1er-trimestre-2021
Les études préalables à la construction du barrage transfrontalier de Chollet, d’une capacité de 600 MW, débuteront au premier trimestre 2021. C’est l’une...
le-turc-erdem-decroche-un-marche-de-16-milliards-de-fcfa-pour-la-construction-de-magasins-au-port-de-douala
Cyrus Ngo’o, le directeur général du Port autonome de Douala (PAD), la place portuaire la plus importante du Cameroun, et Ayrtak Erdem de la Société de...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n102 Octobre 2020

Financement participatif Une solution pour les jeunes entrepreneurs


Serge Esso, le lobbyiste qui monte


Business in Cameroon n92: October-2020

Crowfunding A solution for young entrepreneurs


Serge Esso, rising lobbyist

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev