logoIC
Yaoundé - 25 juillet 2021 -
Economie

Les entreprises françaises perdent 30% de parts de marché au Cameroun, en raison notamment de l’offensive chinoise

Les entreprises françaises perdent 30% de parts de marché au Cameroun, en raison notamment de l’offensive chinoise

(Investir au Cameroun) - S’exprimant le 24 juin 2021 devant les étudiants de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric), dans le cadre d’un concept baptisé « Forum diplomatique », l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou (photo), a révélé combien les entreprises françaises perdent progressivement pied au Cameroun. « La part de marché des entreprises françaises au Cameroun est passée de 40% dans les années 1990 à 10% aujourd’hui », a confié le diplomate. En clair, au cours des 30 dernières années, les entreprises françaises ont perdu au total 30% des parts de marché au Cameroun.

De ce point de vue, le dernier camouflet subit par une entreprise française dans ce pays est le retrait de la gestion du terminal à conteneurs du port de Douala, dans la capitale économique camerounaise, au consortium franco-danois Bolloré-Maersk. Bien que l’affaire joue les prolongations devant les juridictions nationales et internationales, la perte de la concession du terminal à conteneurs du port de Douala, l’une des plus grandes du groupe Bolloré dans le golfe de Guinée, a fragilisé le logisticien français au Cameroun, apprend-on de sources autorisées.

De l’avis de nombreux observateurs du landernau économique national, ce recul des entreprises françaises sur le marché camerounais s’explique par l’offensive chinoise. « Entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté 2750 milliards de FCFA d’investissements directs étrangers (IDE), dont 1850 milliards de FCFA provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67% des IDE entrant au Cameroun (…) Les autres IDE provenaient des pays tels que la France, les États-Unis, le Nigéria », peut-on lire dans un document de la présidence de la République, qui cite les données de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced).

En effet, depuis les années 2000, l’Empire du Milieu rafle pratiquement tous les contrats d’infrastructures au Cameroun. Cette prédominance s’est décuplée en 2012, à la faveur du lancement des projets structurants de première génération (ponts, routes, barrages, etc.). Tractées par Eximbank China, la banque publique chinoise, dont les financements sont liés (chaque prêt-projet est accompagné du nom de l’entreprise devant exécuter le contrat), les entreprises chinoises sont toujours en pole position. Il s’agit principalement de CCCC, CWE, CHEC, Sinohydro… dans les infrastructures ; Huawei et ZTE dans les télécoms…

L’emprise des sociétés chinoises sur l’économie camerounaise depuis un certain temps est telle que, pour remporter l’appel d’offres pour la concession du terminal à conteneurs du port en eau profonde de Douala, les Français Bolloré et CMA CGM ont dû former un groupement avec le Chinois CHEC, qui a par ailleurs raflé le contrat pour la construction de cette plateforme portuaire. Même sur les chantiers des infrastructures devant servir à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football, que le Cameroun accueillera en janvier-février 2022, les entreprises françaises ont été très peu visibles. Au profit des Italiennes, Turques et Canadiennes.

Au plan commercial, la situation n’est guère plus reluisante pour les partenaires français. Destination de 23,9% des exportations, l’Empire du Milieu est le principal client du Cameroun en 2018, selon l’Institut national de la statistique (INS). Le pays le plus peuplé du monde est suivi par l’Italie (14,7%), les Pays-Bas (6,4%) et la France est reléguée au 4e rang avec 6,3%. En matière d’importations, la Chine est encore le principal fournisseur du Cameroun en 2018 avec 18,5% des livraisons contre 8,3% pour la France, 5,6% pour le Nigeria et 4,8% pour les Pays-Bas, révèlent les données de l’INS.

Brice R. Mbodiam

electricite-les-industries-demandent-a-eneo-340-mw-d-energie-supplementaire
  Des demandes de fourniture d’électricité déposées chez Eneo, distributeur exclusif de l’énergie électrique au Cameroun, il ressort que les...
le-port-de-douala-casse-les-prix-pour-le-pesage-des-marchandises-en-direction-de-la-rca-et-du-tchad
L’autorité portuaire de la place de Douala-Bonabéri (PAD), principale porte d’entrée des marchandises au Cameroun, vient de baisser les prix de pesage des...
route-soa-awae-esse-le-maitre-d-ouvrage-remonte-les-bretelles-a-bofas-remplacant-du-nigerian-atidolf-defaillant
Au cours d’une mission d’inspection exécutée le 22 juillet, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, a remonté les bretelles à...
cacao-leger-flechissement-des-prix-dans-les-bassins-de-production-du-cameroun
Depuis le 22 juillet 2021, les prix moyens du kilogramme de fèves de cacao connaissent une légère baisse dans les bassins de production du pays. Selon le...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n111 Juillet Août 2021

La Grande Bretagne avance ses pions au Cameroun


Alamine Ousmane Mey : « 8% de croissance annuelle sur 10 ans est un objectif tout à fait réaliste »


Business in Cameroon n101: July August-2021

The UK makes strategic moves in Cameroon


Alamine Ousmane Mey: “8% yearly growth over 10 years is a realistic target

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev