logoIC
Yaoundé - 26 mai 2020 -
Finance

Politique monétaire : la réponse de la Beac à la crise du Covid-19 dans le brouillard

Politique monétaire : la réponse de la Beac à la crise du Covid-19 dans le brouillard

(Investir au Cameroun) - La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) est peu transparente sur les déterminants de sa réponse aux conséquences économiques et monétaires de la pandémie de Covid-19 dans la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac). À l’issue de la première session de son Comité de politique monétaire (CPM) de l’année, tenue le 27 mars dernier, elle a décidé d’assouplir la politique monétaire tout en abstenant de communiquer ses projections.

Cette décision d’assouplissement a été prise, selon le communiqué qui a sanctionné cette réunion, « après avoir analysé l’impact de la crise du Covid-19 et de la chute des cours du pétrole sur les économies de la Cemac, d’une part, et au regard des facteurs de risques posant sur la stabilité monétaire et financière, d’autre part ». Mais contrairement à son habitude, l’institut d’émission de la Cemac n’a donné aucun indicateur chiffré permettant de comprendre sa démarche.

Communication vague sur la situation  

« Le CPM (…) a prévu pour 2020 : un taux de croissance en forte baisse, voire une récession ; une remontée des pressions inflationnistes, mais sous le seuil communautaire ; une dégradation du solde budgétaire, base engagements, qui redeviendrait négatif ; un creusement significatif du déficit du compte courant et une augmentation de la masse monétaire pour un taux de couverture extérieure de la monnaie qui évoluerait également à la baisse », s’est contenté d’indiquer la banque centrale.

« Sans indication d’impact, on se demande bien quelles cibles visent les mesures prises par le CPM, même si elles vont dans le sens souhaiter », commente un spécialiste de la programmation monétaire. Approchée, la Beac n’a pas donné suite à nos sollicitations. « Nous avons calibré le montant des liquidités à injecter dans le système bancaire et les taux directeurs en visant des impacts précis. Mais il est difficile de les annoncer dans un communiqué… Nous ferons une évaluation progressive et communiquerons les résultats », se défend une source interne.

Comme demandé par les associations de banques de la sous-région, avec qui le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolli (photo), a échangé quelques jours avant la tenue du CPM, la banque centrale a adouci les conditions d’accès des établissements de crédit à la liquidité. Elle a notamment suspendu son opération de reprise de liquidité, décidée le 7 février par le Comité du marché monétaire ; doublé de 240 milliards à 500 milliards de FCFA les liquidités pouvant être accordées hebdomadairement aux banques et baissé de 3,5% à 3,25% le taux d’intérêt de bases (TIAO) exigé sur ces ressources.

Évaluation approximative des besoins

Depuis le mois d’avril, la Beac met chaque semaine à la disposition du système bancaire 250 milliards de FCFA. Mais ces opérations se soldent par de faibles taux de souscription traduisant un déphasage avec les besoins du secteur. Sur ce montant proposé à chaque fois, les banques commerciales souscrivent pour des sommes virant entre 32 et 71 milliards de FCFA.

Un autre signe du peu d’intérêt des banques pour la liquidité, ce sont les taux d’intérêt qu’elles proposent lors de ces appels d’offres. Ils baissent au fil des opérations et se rapprochent du TIAO. Lors de la dernière opération, la Beac a cédé la liquidité au taux d’intérêt le plus bas jamais enregistré depuis l’entrée en vigueur, le 11 juin 2018, du nouveau cadre opérationnel de la politique monétaire. Pour bien comprendre la situation actuelle, il faut intégrer que pendant une partie de cette période, le taux d’intérêts de base des souscriptions était plus bas qu’aujourd’hui (2,95%).   

« La banque sollicite la liquidité lorsque ses besoins sont supérieurs à sa consommation habituelle », explique une source interne à Afriland First Bank. Et pour l’instant, ajoute-t-elle, « La crise n’a pas exercé une pression particulière sur la liquidité ». « Dans les entreprises, l’heure est encore à l’observation des conséquences de la pandémie du Coronavirus. Les demandes de crédits ne fusent pas », renchérit un autre banquier.

La crise s’est en fait déclarée en contexte de « surliquidité » selon les indicateurs du Fonds monétaire international (FMI). À fin février, le FMI estimait les réserves libres des banques à près de 2000 milliards de FCFA. « Afin de mieux apprécier les effets de la crise sanitaire actuelle liée à la pandémie du Covid-19 sur la liquidité du système bancaire de la Cemac », la Beac a d’ailleurs décidé le 24 mars de suspendre pour une semaine (26 au 2 avril), son opération principale sur le marché monétaire.

Problème structurel

Mais, sans publier les résultats de son observation, l’institut d’émission de la Cemac a repris ses opérations d’injection de liquidité et porté le montant hebdomadaire à 250 milliards de FCFA (il était en moyenne de 60 milliards de FCFA entre juin 2018 et juin 2019) avec les résultats qu’on observe aujourd’hui.

Des experts font l’hypothèse que l’action de la banque centrale viserait en priorité les établissements de crédit en situation de dépendance de refinancement. En effet, malgré un stock élevé de réserves libres, plusieurs banques, principalement locales, sont en déficit de liquidité. Mais dans ce cas, pourquoi n’avoir pas privilégié des opérations bilatérales ; qui plus est au regard des pressions que l’excès de liquidité ferait peser sur les avoirs extérieurs de la Cemac et donc sur la stabilité du franc CFA ?

Pour cet ancien cadre de la Beac, le problème est structurel. « Les règles et procédures strictes ont entraîné l’inertie et la peur de l’innovation. En clair, on attend d’abord ce que les autres vont faire (BCEAO notamment). Ensuite, on s’aligne avec des éléments de langage ou des réécritures », soutient-il.

Le 21 mars, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (Uemoa) a décidé d’accroître de 340 milliards de FCFA ses injections hebdomadaires de liquidités. Une semaine plus tard, la Beac lui emboitait le pas alors que la situation économique antérieure au Covid-19 dans les deux sous-régions est différente. La Cemac commençait à peine à se remettre du choc pétrolier de 2014 alors que l’Uemoa était en pleine expansion.

Aboudi Ottou

Lire aussi:

23-04-2020- En pleine crise de Covid-19, les offres de liquidité de la Beac ne font pas courir les banques de la zone Cemac

26-04-2020- Du fait du Coronavirus, la Beac renonce temporairement à réduire la liquidité dans le système bancaire

27-04-2020- Coronavirus : les banques de la Cemac détiennent un trésor de guerre de près de 2000 milliards de FCFA

le-syndicat-des-employes-de-viettel-cameroun-programme-une-greve-illimitee-des-le-7-juin-2020
Le Syndicat national autonome des travailleurs des nouvelles technologies de l’information et de la communication (Syntic) a déposé un préavis de grève...
sasel-veut-investir-5-milliards-de-fcfa-pour-doubler-la-capacite-de-production-du-sel-dans-son-usine-de-douala
La Société africaine de sel (Sasel) ambitionne d’étendre son usine située dans la zone industrielle de Bonabéri à Douala, la capitale économique du...
israel-multiplie-ses-contacts-au-cameroun-en-vue-d-investir-dans-le-secteur-de-l-eau-potable
Isi Yanouka, le tout nouvel ambassadeur d’Israël au Cameroun, a rencontré le ministre de l’Économie, Alamine Ousmane Mey, le 18 mai 2020 dans la capitale...
le-cameroun-en-negociations-avec-golar-et-gazprom-pour-augmenter-la-production-du-gaz-naturel-liquefie
La Société nationale des hydrocarbures (SNH) donne, ce mois de mai, un peu plus de détails sur son projet d’extension en cours du méthanier Hilli Episeyo,...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n97 Mai 2020

Routes, barrages, fibre optique, marchés… Les grands chantiers camerounais de l’intégration


« L’Afrique centrale est confrontée à d’énormes défis » (BAD)


Business in Cameroon n87: May 2020

Roads, dams, fiber optics, markets... Cameroon’s big projects toward integration


«Central Africa is facing enormous challenges» - AfDB

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev