logoIC
Yaoundé - 24 septembre 2022 -
Gestion publique

Après les ravages du Covid-19, le secteur tertiaire est redevenu le moteur de la croissance au Cameroun en 2021 (INS)

Après les ravages du Covid-19, le secteur tertiaire est redevenu le moteur de la croissance au Cameroun en 2021 (INS)

(Investir au Cameroun) - Au cours de l’année 2021, l’activité économique au Cameroun a rebondi de 3,6%, après le fléchissement (0,3%) observé en 2020, année marquée par la pandémie du Coronavirus, qui a provoqué un ralentissement de l’économie mondiale. Selon l’Institut national de la statistique (INS), qui vient de publier le rapport 2021 sur les comptes nationaux, « ce regain de l’activité économique nationale s’observe dans presque tous les secteurs d’activités, mais beaucoup plus dans les branches qui ont été les plus affectées par la crise, notamment les services, tels que le transport, l’hébergement et la restauration, et les activités industrielles ».

Mais, par-dessus tout, souligne l’organisme en charge de l’élaboration de la statistique officielle au Cameroun, « avec une croissance remarquable de 4,3% en 2021, contre 0,1% en 2020, et une contribution à la croissance du PIB de 2,2 points en 2021, après 0,1 point en 2020, le secteur tertiaire atteint ses performances d’avant la crise liée à la pandémie du Covid-19, et reprend la place de moteur de la croissance de l’économie nationale ».

Et l’INS de poursuivre : « la dynamique de ce secteur est la résultante de la bonne tenue de l’activité dans l’ensemble de ses sous-branches, en particulier les services de transport et entreposage, hébergement et restauration, qui contribuent davantage à la croissance avec 0,6 point et 0,4 point respectivement. Ces deux sous-branches bénéficient du regain de l’activité dans les secteurs primaire et secondaire, et progressent respectivement de 5,6% (contre 0% en 2020) et 7,3% (contre -8,4% en 2020). Ces activités ont été boostées par la reprise de la mobilité mondiale et les retombées des mesures de relance post-Covid 19 ».

Télétravail

En effet, selon différents rapports officiels, en raison des restrictions imposées par l’État au lendemain de la découverte des premiers cas du Coronavirus au Cameroun début mars 2020, les secteurs des transports, de la restauration, de l’hôtellerie et de l’hébergement, ou encore du commerce, qui font tous partie du tertiaire, sont ceux qui avaient le plus pâti de cette pandémie.

« Nous avons perdu 100% de nos recettes. D’une manière ou d’une autre, tous les hôtels ont fermé. Le bilan est négatif. Les hôtels sont vides. Il n’y a pas de clients », avait confié Chantal Lewat, la présidente du Syndicat patronal des industries de l’hôtellerie et du tourisme, secteur d’activités complètement lessivé par la pandémie, au même titre que le transport aérien (chute du trafic international de 62% en 2020, NDLR), ferroviaire (chute du nombre de passagers de 61% entre 2016 et 2020, NDLR) et maritime.

« Le volume global des échanges commerciaux a reculé de 16% au cours du premier semestre 2020. Les exportations et importations quant à elles ont respectivement baissé de 14 et 16% », avait révélé le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, au cours du conseil de cabinet du mois de juin 2020. En plus du ralentissement de l’activité de production dans le pays, la baisse des activités d’import-export décriée par ce membre du gouvernement était consécutive aux perturbations de la chaîne logistique internationale, occasionnée par les mesures de confinement généralisées dans le monde.

Sur ce tableau sombre des ravages du Covid-19 dans le secteur tertiaire au Cameroun, les télécoms et services financiers faisaient exception, boostés par l’explosion du télétravail et de la monétique pendant la pandémie. Cette tendance s’est poursuivie en 2021, malgré l’atténuation de la crise sanitaire. « Les activités de banques et organismes financiers s’améliorent de près de 8 points pour s’établir à 10,3% en 2021, et les activités d’information et télécommunications conservent leur bon rythme de croissance avec 6,1% en 2021, après 5,3% en 2020 », souligne le rapport de l’INS.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

27-05-2022 - Transport aérien : le Covid a fait chuter le trafic international de 62% au Cameroun en 2020

24-05-2022 - Corridor Douala-Ndjamena : les marchandises en transit chutent de 10% en 2020

29-04-2020 - Le secteur de l’hôtellerie et de l’hébergement à l’agonie au Cameroun, à cause du Coronavirus

affaires-glencore-et-sinosteel-au-cameroun-cas-pratiques-du-besoin-de-plus-de-transparence-sur-les-contrats-extractifs
Durant le mois de mai 2022, le Cameroun a connu une polémique à propos d’une convention d’exploitation de fer signée entre son gouvernement...
reconstruction-de-raffinerie-de-la-sonara-le-trader-suisse-vitol-se-positionne
Le trader suisse Vitol SA est intéressée par la reconstruction de la raffinerie de la Société nationale de raffinage (Sonara) du Cameroun, ravagée par un...
titres-publics-de-la-beac-avec-plus-de-81-de-l-encours-les-prets-de-plus-d-un-an-dominent-le-marche
Selon la Cellule de règlement et de conservation des titres (CRCT) de la Beac, la structure des titres sur le marché des titres publics à fin août 2022...
bvmac-la-premiere-cotation-de-l-emprunt-obligataire-2022-2029-de-l-etat-du-cameroun-annoncee-pour-le-28-septembre
Le 6e emprunt obligataire de l’État du Cameroun (2022-2029), qui avait permis au pays de lever 235 milliards de FCFA sur la Bourse des valeurs...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev