logoIC
Yaoundé - 04 décembre 2022 -
Energie

Electricité : déficit de production, travaux de maintenance et saturation du réseau plongent le Cameroun dans le noir

Electricité : déficit de production, travaux de maintenance et saturation du réseau plongent le Cameroun dans le noir

(Investir au Cameroun) - Depuis quelques jours, Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, a renoué avec le rationnement de l’énergie électrique dans le pays. Dans pratiquement toutes les principales villes du Cameroun, des quartiers entiers sont sans électricité durant des heures, ou alors toute la journée. La situation est encore plus préoccupante dans les zones rurales, apprend-on de sources variées.

« L’ensemble du système électrique, dans ses segments production, transport et distribution, connaît des contraintes. Ceci entraîne un déficit énergétique qui est accentué par deux principaux facteurs : la saturation du réseau de transport ; la limitation de la production dans certaines centrales, soit pour maintenance, contraintes d’approvisionnement en combustibles, ou du fait de l’étiage », explique la compagnie d’électricité dans un communiqué daté du 21 février 2022.

Dans le détail, apprend-on de sources autorisées, le barrage de Memve’ele (région du Sud), qui ne débitait jusqu’ici qu’environ 90 MW sur les 211 MW attendus depuis bientôt 5 ans, a vu sa production chuter de façon drastique (35 MW) ces dernières semaines, en raison des contraintes hydrologiques consécutives à la rudesse de la saison sèche. Selon les prévisions des opérateurs du secteur de l’électricité, cette perte de 55 MW ne pourra pas être résorbée avant la mi-mars (début de la saison des pluies), voire le début du mois d’avril 2022.

Instructions gouvernementales

Dans le même temps, apprend-on de sources proches du dossier, les groupes de la centrale à gaz de Kribi, dans la région du Sud, ne produisent plus qu’environ 160 MW d’électricité, sur des capacités installées de 216 MW extensibles à 330 MW. A l’origine de la baisse de production d’environ 56 MW dans cette centrale contrôlée par Globeleq Africa, producteur indépendant d’électricité, se trouvent les travaux de maintenance des équipements, apprend-on.

Cependant, comment en est-on arrivé à programmer des travaux de maintenance dans cette infrastructure énergétique névralgique en plein d’étiage, période caractérisée par la baisse du niveau des eaux dans les barrages, et dont le corollaire est la baisse de la production dans les centrales hydroélectriques, qui sont alors généralement suppléées par les centrales thermiques et à gaz ?

« Pendant la Coupe d’Afrique des nations de football, outre l’instruction gouvernementale de réduire la consommation des industriels pour permettre d’alimenter les ménages en énergie, il y avait également l’instruction de ne pas opérer des actions de maintenance, ni en production, ni en transport et encore moins en distribution, pour ne pas perturber le service pendant la compétition. Maintenant, il est question pour les opérateurs de rattraper leurs objectifs de maintenance annuels, dans un contexte où les prestataires étrangers chargés d’effectuer ces travaux n’étaient pas mobilisables au plus fort de la pandémie du Covid-19 », explique une source proche du dossier.

Connexions frauduleuses

Résultats des courses, en combinant les travaux de maintenance en cours à la centrale à gaz de Kribi et des problèmes hydrologiques sur le fleuve Ntem, qui réduisent la production du barrage de Memve’ele, le réseau électrique camerounais a perdu au moins 110 MW de capacités. L’addition est davantage salée avec la saturation du réseau de transport, qui s’est d’ailleurs plusieurs fois effondré en 2021, en raison de la vétusté des équipements. Pour pallier cette saturation, la Société nationale d’électricité (Sonatrel) a récemment acquis une vingtaine de transformateurs, apprend-on de bonnes sources.

Mais, après des tentatives d’installation infructueuse de ces équipements, confie une source autorisée, la Sonatrel se préparerait à renvoyer ces transformateurs chez le fournisseur, à cause des défauts de fabrication qui y ont finalement été décelés. Ce qui implique que, fait remarquer un connaisseur du secteur de l’électricité, le retour d’une certaine stabilité sur le réseau national de transport de l’électricité n’interviendra pas de sitôt.

A tous ces écueils préjudiciables aux ménages et autres entreprises, dont les activités tournent désormais au ralenti, il faut ajouter, apprend-on, le rationnement du combustible destiné à l’approvisionnement des centrales thermiques, et « une augmentation subite de la demande d’électricité du fait des connexions frauduleuses au réseau », précise l’électricien Eneo.

Brice R. Mbodiam    

Lire aussi

14-02-2022 - Après la CAN, Eneo annonce le retour des délestages électriques dans le Grand-Nord

24-01-2022 - CAN 2021 : les industries invitées à réduire leurs consommations d’électricité pour permettre d’alimenter les ménages

17-12-2021 - Électricité : l’État s’engage à rembourser, en 2 mois, 182 milliards de FCFA de dettes dues à Eneo

 

btp-le-cameroun-a-entretenu-moins-de-1-de-son-reseau-routier-au-cours-de-l-annee-2022-faute-de-financements
Selon les chiffres révélés le 25 novembre 2022 à l’Assemblée nationale par le Premier ministre, Joseph Dion Nguté, lors de la présentation du programme...
le-gicam-elabore-une-charte-pour-ameliorer-les-relations-d-affaires-entre-grandes-entreprises-et-pme
Le 30 novembre 2022, le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam), la plus puissante organisation patronale du pays, a officiellement lancé la...
e-commerce-energie-infrastructures-les-emirats-arabes-unis-en-prospection-au-cameroun
Le ministre d’État au Commerce extérieur des Émirats arabes unis, Thani Bin Ahmed Al-Zeyoudi, accompagné d’une dizaine d’investisseurs ont été reçus, le...
commerce-exterieur-le-deficit-du-cameroun-s-aggrave-en-2021-7-5-malgre-la-hausse-des-exportations-32-8
Au cours de l’année 2021, le déficit commercial du Cameroun s’est aggravé, atteignant 1 478 milliards de FCFA, contre 1 375 milliards de...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev