logoIC
Yaoundé - 16 mai 2022 -
Mines

Bauxite : l’Australien Canyon Resources et la Sonamines se disputent les gisements de Ngaoundal et de Makan au Cameroun

Bauxite : l’Australien Canyon Resources et la Sonamines se disputent les gisements de Ngaoundal et de Makan au Cameroun

(Investir au Cameroun) - Ce 22 février 2022, la société Camalco, filiale locale de la junior-minière australienne Canyon Resources, devrait en principe déposer au ministère des Mines, son nouveau programme des activités de recherche sur les gisements de bauxite de Ngaoundal et de Makan, situés dans la région de l’Adamaoua, dans la partie septentrionale du Cameroun. A travers ce nouveau programme d’activités, apprend-on de sources autorisées, Canyon Resources entend confirmer au gouvernement camerounais son intérêt pour ces deux gisements, après la demande de prorogation de ses permis de recherche restée en berne au ministère des Mines depuis juin 2021.

En effet, titulaire de trois permis sur les gisements de Minim-Martap, Ngaoundal et Makan depuis le 18 juillet 2018, Canyon Resources avait « 3 ans non renouvelables » pour développer ces gisements. Ces permis sont donc tous échus depuis juillet 2021. « Au regard des délais qui nous étaient impartis, nous avons travaillé sur les trois prospects, mais n’avons présenté au gouvernement que l’étude de faisabilité sur le gisement de Minim-Martap. En juin 2021, nous avons introduit auprès du ministère une demande de prorogation des permis sur les gisements de Makan et de Ngaoundal pour poursuivre les travaux, et nous attendons la décision de la partie gouvernementale », souffle une source interne à Camalco, la filiale camerounaise de Canyon Resources.

« Violation de la législation »

Mais, alors que la décision gouvernementale est attendue, sur une demande de renouvellement de permis réputés « non renouvelables » après les trois premières années, la Sonamines, l’entreprise qui est désormais le bras séculier de l’Etat dans la mine solide, a introduit ses propres demandes de permis sur ces mêmes gisements, fort de la clause édictant le caractère non renouvelable des permis de Canyon Resources, échus depuis juillet 2021. C’est cette démarche de la Sonamines qui a conduit, le 18 février 2022, à la signature avec la société chinoise CREC 5, d’un Mémorandum d’entente (MoU), dans le cadre du développement des gisements de bauxite de Ngaoundal et de Makan, ainsi que la mise en place des industries connexes.  

Mais, le 21 février 2022, le ministre des Mines, Gabriel Dodo Ndoké, a signé une décision annulant ce MoU. « L’acte ainsi incriminé est annulé pour violation de la législation minière camerounaise en matière d’attribution des titres miniers, de conclusion et signature des contrats, précontrats, conventions et autres accords portant administration et gestion des ressources minérales du sous-sol camerounais, prérogatives exclusives de l’Etat », explique le ministre des Mines. En d’autres termes, le ministre Dodo Ndoké accuse le directeur général de la Sonamines, Serge Hervé Boyogueno, de s’être substitué à l’Etat, et donc au département ministériel dont il a la charge, pour la signature du MoU du 18 février 2022 avec le Chinois CREC 5.

Complaisance

A la Sonamines, où les responsables contactés par Investir au Cameroun n’ont pas souhaité « faire de commentaire sur cette décision de la tutelle », l’on se contente de faire remarquer que la signature de ce MoU fait également partie des prérogatives de cette entreprise publique, qui est une « entité autonome », et non « une direction du ministère des Mines ». Aussi, une fois confortées par l’anonymat, des sources internes au ministère des Mines, à Camalco et à la Sonamines voient-elles dans la décision d’annulation prise le 21 février 2022 par le ministre Dodo Ndoké, un nouvel épisode de la bataille entre les deux dernières entreprises sus-mentionnées, pour le contrôle des actifs des gisements de Ngaoundal et de Makan.

A en croire nos sources, cette bataille a cours depuis plusieurs mois, et s’est intensifiée lors des négociations pour la convention minière entre l’Etat du Cameroun et Canyon Resources, en vue de l’exploitation de la bauxite de Minim-Martap, l’un des gisements concernés par les permis de recherche de Canyon Resources échus depuis juillet 2021. Au cours de ces discussions, qui ont été clôturées le 28 janvier 2022, apprend-on, des divergences de vues sont clairement apparues autour de la table, entre les représentants du ministère et ceux de la Sonamines, les derniers accusant les premiers d’afficher une certaine complaisance vis-à-vis de la junior-minière australienne.

Pour rappel, les trois gisements de bauxite de la région de l'Adamaoua (Minim-Martap, Ngaoundal et Makan, NDLR) sont de niveau mondial. A en croire les dernières estimations de Canyon Resources, les deux seuls gisements de Minim-Martap et de Ngaoundal pourraient faire du Cameroun la première réserve de bauxite dans le monde, et par conséquent un acteur majeur de la production de l’aluminium.

Brice R. Mbodiam 

Lire aussi

18-02-2022 - Bauxite : la Sonamines s’associe au Chinois CREC 5 pour développer les gisements de Ngaoundal et Makan

27-10-2021 - Bauxite de Minim Martap : le Cameroun et Canyon Resources en négociations pour la signature de la convention minière

 

ciment-le-cameroun-autorise-les-importations-du-congo-et-de-la-rdc-pour-satisfaire-la-demande-nationale
Dans une correspondance datant du 10 mai 2022, le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana, demande aux sociétés de...
emprunt-obligataire-2022-le-cameroun-fait-les-yeux-doux-aux-investisseurs-gabonais-et-congolais
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motazé (photo), lance ce 16 mai 2022, le Road-show du 6e emprunt obligataire de l’histoire des...
banque-mondiale-le-camerounais-albert-zeufack-nomme-directeur-des-operations-pour-l-angola-la-rdc-le-burundi
Dans une communication interne, la Banque mondiale vient d’annoncer la nomination de l’économiste camerounais Albert Zeufack au poste de directeur des...
bvmac-les-entreprises-affichent-une-capitalisation-boursiere-de-159-milliards-de-fcfa-a-fin-janvier-2022-en-hausse-de-13
Selon les informations du ministère camerounais des Finances, au 31 janvier 2022, les entreprises de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique...

Cette start-up camerounaise veut lutter contre les déserts médicaux en Afrique

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n120:Avril 2022

Covid-19, guerre en Europe : des entreprises camerounaises vont souffrir


Albert Zeufack: « Le marché le plus important aujourd’hui, c’est l’Asie »


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev