logoIC
Yaoundé - 25 juin 2019 -
Développement durable

Des journalistes africains à l’école du développement durable de la Banque africaine de développement

Des journalistes africains à l’école du développement durable de la Banque africaine de développement

(Investir au Cameroun) - Du 30 mai au 1er juin, la Banque africaine de développement (BAD) en collaboration avec la Fondation Thomson Reuters, a organisé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, un atelier de formation sur le développement durable, au bénéfice d’une trentaine de journalistes africains. Ces derniers sont venus du Cameroun, RD Congo, Maroc, Tunisie, Nigeria, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Mali, Bénin, Burkina, Togo, etc.

Victor Oladokun, directeur de la communication à la BAD, a indiqué que, cet atelier a pour but d’amener les journalistes participants à diagnostiquer les besoins réels des communautés à travers l’Afrique. Les hommes de médias se sont ainsi mis dans la peau d’un investisseur ou d’un décideur afin de comprendre le rôle que le monde des affaires peut jouer dans le développement.

« Pour que l’Afrique prenne la place qui lui revient, nous devons veiller à ce que l’espace médiatique ne soit pas principalement occupé par des opposants constamment assaillis par une narration négative. Pour que l’Afrique soit mieux comprise en termes de défis, de développement et d’immenses opportunités, nous avons besoin de raconteurs d’histoires et de partenaires comme vous. », a défendu Victor Oladokun.

Astuces

À l’issue des travaux, Nicholas Phythian, ancien directeur de la rédaction et de la télévision, ayant travaillé pour l’Agence Reuters pendant plus de 20 ans, et sa consœur Jo Winterbottom, ont proposé aux participants des outils et des astuces (choix des sujets ciblant l’environnement, l’assainissement, la dimension humaine, financements innovants, la promotion du genre et des minorités, etc.) pour identifier des idées innovatrices susceptibles de répondre aux besoins des populations dans leurs pays.

« À première vue, les Objectifs de développement durable (ODD) au cœur de l’Agenda 2030 adopté par les Nations unies n’ont pas le facteur “Buzz” qui fait parler des communautés et animer les réseaux sociaux. Mais un projet ou une innovation susceptibles de simplifier ou d’améliorer la vie des membres d’une communauté ou de leurs proches va forcément intéresser le public avec un potentiel de créer un “Buzz” », a expliqué le formateur.

L’appréciation générale des participants a été positive. Moussa Aksar, journaliste au Mali, par exemple, s’est dit heureux d’avoir renforcé ses capacités en matière de développement durable. Morin Yamongbe, du Burkina, a affirmé qu’il a « pu mettre du contenu réel dans la notion de développement durable ».

Sylvain Andzongo, à Abidjan

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n86: Juin 2019

Au Cameroun,chaque région participe à la production nationale

Camair-Co : l’Etat ne baisse pas les bras



Business in Cameroon n76: June 2019

In Cameroon, each region contributes to national production

Government still determined to keep Camair-Co afloat


  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev