logoIC
Yaoundé - 04 mars 2021 -
Economie

Cemac : le Tunisien BFI va fournir pour un demi-milliard de FCFA la solution de gestion de la centrale des risques bancaires

Cemac : le Tunisien BFI va fournir pour un demi-milliard de FCFA la solution de gestion de la centrale des risques bancaires

(Investir au Cameroun) - Editeur et intégrateur des solutions financières depuis 1994, le Tunisien BFI International SA vient d’être déclaré attributaire du marché de fourniture de la solution de gestion de la centrale des risques bancaires de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), selon les résultats de l’appel d’offres international lancé à cet effet et publié le 24 décembre par la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).

Selon ces résultats, BFI International SA va offrir ses prestations pour un montant global de 815 450 euros (dont 180 000 euros de coûts récurrents, non inclus dans le marché), soit environ 535,8 millions de FCFA sur une période 11 mois.

Ce marché s’inscrit dans le cadre du Projet de renforcement des capacités des institutions financières régionales de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad), la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac). Bien que régional, ce projet, financé par la Banque mondiale, aura comme zone d’intervention le Cameroun. 

Le projet de renforcement des capacités des institutions financières régionales dans la sous-région découle de la Stratégie d’assistance à l’intégration régionale (SAIR) pour l’Afrique subsaharienne de la Banque mondiale. L’objectif est de renforcer les capacités des institutions régionales d’Afrique centrale afin qu’elles puissent s’acquitter de leur mandat (encourager un marché régional plus vaste et mieux régi et favoriser un système financier plus transparent, mieux régulé et plus compétitif, en vue de faciliter le recyclage des recettes pétrolières).

Implémenté par étapes depuis 2008, ce projet, selon la Banque mondiale, a déjà atteint les résultats suivants : 48% d’augmentation de devises étrangères gérées au niveau régional par la Beac ; augmentation de 33% à 61% de paiements électroniques transfrontaliers des transactions dans les systèmes de vente de gros et de détail (SYGMA et SYSTAC) ; mise en place du plan d’application du cadre réglementaire de la microfinance et système de surveillance ; visibilité en temps réel de la position de liquidité des banques ; mise en place des centres de carte interbancaire à Libreville et à Douala, ainsi que de la structure institutionnelle du système de la carte interbancaire, etc.

Sylvain Andzongo

reouverture-officielle-annoncee-du-corridor-douala-bangui-ferme-depuis-3-mois-pour-insecurite-en-rca
Des sources autorisées au sein de l’administration douanière camerounaise annoncent la réouverture officielle du corridor Douala-Bangui fermé depuis près...
sur-prescription-de-l-omc-le-cameroun-prepare-un-programme-national-d-elaboration-des-normes-pour-2022
Charles Booto à Ggon, le Directeur général de l’Agence des normes et de la qualité (Anor), a lancé, pour la période de février-avril 2021, un appel à...
la-banque-europeenne-d-investissement-pourrait-entrer-dans-le-capital-de-la-bdeac
Nikolaos Miliniatis, chef de la Représentation de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour l'Afrique centrale, a été reçu le 2 mars à Brazzaville...
les-propositions-de-l-expert-camerounais-alain-symphorien-ndzana-biloa-pour-une-meilleure-fiscalite-internationale
La Covid-19 est venue exposer davantage le besoin pour les pays, notamment ceux qui disposent de ressources financières modestes, de pouvoir mobiliser...

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n106 Janvier 2021

Le Cameroun passe à la phase industrielle


Mathurin Kamdem, un patriote déterminé


Business in Cameroon n96: January-2021

Cameroon moves to the industrial phase


Mathurin Kamdem, a determined patriot

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev