logoIC
Yaoundé - 12 juillet 2020 -
Energie

Augmentation des prix des produits pétroliers au Cameroun

Augmentation des prix des produits pétroliers au Cameroun

(Investir au Cameroun) - Le gouvernement camerounais a rendu public, le 30 juin 2014 dans la nuit, un communiqué annonçant une augmentation des prix des produits pétroliers sur le territoire national, à compter de ce 1er juillet 2014. Selon le communiqué gouvernemental, le prix du litre de super passe de 569 francs Cfa à 650 francs Cfa, soit une hausse de 81 francs Cfa, tandis que le litre de gasoil, lui, passe de 520 francs Cfa à 600 francs Cfa, en augmentation de 80 francs Cfa.

Dans le même temps, la bouteille de gaz domestique de 12 Kg (la dernière hausse des prix de ce produit est intervenue en 2006), qui coûtait jusqu’ici 6000 francs Cfa, sera désormais cédée à 6500 francs Cfa. Seul le pétrole lampant, considéré comme la chasse gardée des masses les plus pauvres, n’est pas concerné par cette hausse. Le prix du litre reste donc bloqué à 350 francs Cfa.

Comme mesures d’accompagnement de cette hausse des prix redoutée par les pouvoirs publics camerounais depuis les émeutes de février 2008, consécutives à la dernière augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe, le gouvernement annonce une revalorisation des salaires des agents de l’Etat, sans préciser ni la date ni la proportion de l’augmentation.

De même, le gouvernement promet une revalorisation prochaine du SMIG, et consacre la diminution de 50% du montant de certaines taxes. Il s’agit notamment, apprend-on, de l’impôt libératoire, principalement payé par les petits commerçants et les opérateurs du secteur informel ; de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu, respectivement payées par les opérateurs du secteur du transport en commun et les camionneurs.

Une taxation excessive des produits pétroliers

Ce réajustement des prix, explique le communiqué, «répond à la nécessité de prendre en compte l’augmentation continue des cours du pétrole sur le marché international. Et, de réduire la charge toujours plus forte sur le budget de l’Etat, de la subvention des prix du carburant, qui prive la communauté nationale des ressources nécessaires à la réalisation de nombreux projets sociaux, éducatifs et infrastructurels. A titre d’illustration, cette subvention a coûté à l’Etat de 2008 à 2013, 1200 milliards de Fcfa et 155 milliards Fcfa rien que pour les six premiers mois de l’exercice en cours».

Par cette hausse des prix des produits pétroliers, le gouvernement camerounais accède enfin à une requête formulée par le FMI et la Banque mondiale, depuis au moins deux ans. En effet, lors de toutes ses misions au Cameroun depuis lors, le FMI n’a cessé de s’inquiéter de l’augmentation vertigineuse des subventions à la consommation des produits pétroliers, qui a atteint 420 milliards de francs Cfa en 2013, et est projetée à 450 milliards de francs Cfa cette année. La Banque mondiale, elle, dans une édition de ses cahiers économiques sur le Cameroun, avait simplement conclu que la subvention aux produits pétroliers est contre-productive, dans ce sens qu’elle ne profite qu’aux riches.

Une appréciation qui avait provoqué un véritable débat national, entre partisans de la suppression de la subvention et par conséquent de l’augmentation des prix des produits pétroliers, et ceux qui optaient pour le statuquo. A l’appui de leur argumentaire, les partisans de cette dernière thèse faisaient remarquer, comme de nombreux experts d’ailleurs, qu’une simple réduction de la taxation des produits pétroliers aiderait à baisser les prix sans qu’il ait une incidence sur les consommateurs. En effet, selon la structure des prix des produits pétroliers en vigueur au Cameroun, le litre de super ou de gasoil est assujetti au payement de 23 taxes, dont six TVA et une taxe dite «spéciale», qui gonfle, à elle seule, le prix du litre de plus de 100 francs Cfa.

BRM

Lire aussi

01-11-2013 - Cameroun : la subvention des produits pétroliers atteindra 420 milliards de FCfa en 2013

12-06-2014 - Le Cameroun recherche 120 000 tonnes métriques de carburant pour juguler la pénurie

29-04-2014 - Les subventions de l’Etat camerounais aux produits pétroliers atteindront 450 milliards de FCfa en 2014

le-cameroun-quitte-la-tete-du-conseil-d-administration-de-la-bdeac-excedentaire-de-15-24-milliards-fcfa-en-2019-32
Le ministre camerounais des Finances, Louis Paul Motaze, a cédé, le 10 juillet dernier, sa place à la tête du conseil d’administration de la Banque de...
avec-15-641-tonnes-en-juin-2020-les-exportations-de-la-banane-camerounaise-progressent-de-10-sur-un-an
L’Association bananière du Cameroun (Assobacam) révèle que les producteurs de bananes dans le pays ont exporté 15 641 tonnes au cours du mois de juin...
le-technopole-ocean-innovation-center-organise-son-2e-forum-sur-l-innovation-et-la-technologie-a-kribi-en-aout-2020
En prélude à la deuxième édition de son forum sur l’innovation et les technologies émergentes, prévu en août 2020 à Kribi, la cité balnéaire du sud du...
fin-de-mandat-en-vue-pour-le-camerounais-halilou-yerima-boubakary-sg-de-la-commission-bancaire-de-l-afrique-centrale
Le prochain sommet des chefs d’État de la Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), qui compte le Cameroun, le Congo, le Gabon, le...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n98 Juin 2020

Covid 19 Et maintenant, l’étendue des dégâts


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Maintenir l’emploi coûte que coûte »


Business in Cameroon n88: June 2020

Covid 19 Its impacts so far


Emmanuel de Tailly (SABC) : «Preserving jobs at all costs»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev