logoIC
Yaoundé - 25 février 2020 -
Gestion publique

Une panne du câble Wacs au Cameroun affecte la fourniture d’internet dans le pays et au Gabon, au Congo et en RDC

Une panne du câble Wacs au Cameroun affecte la fourniture d’internet dans le pays et au Gabon, au Congo et en RDC

(Investir au Cameroun) - « Chers clients, des perturbations du service se feront ressentir suite à un incident sur les câbles WACS et SAT3 en mer. Des équipes s’attèlent à le rétablir ». C’est le message diffusé depuis le 17 janvier dernier par Cameroon Telecommunications (Camtel), l’opérateur public des télécoms au Cameroun en charge de la gestion de la fibre optique.

Depuis lors et jusqu’au moment où nous mettons sous presse, internet connaît de sérieuses perturbations dans le pays. L’opérateur Orange Cameroun confirme encore ce 20 janvier, « qu’il demeure une instabilité des services data et Orange Money [Mobile Money] due à une coupure des câbles sous-marins ». L’impact se fait ressentir au-delà des frontières et dans les pays voisins en Afrique centrale.

En effet, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications de la République démocratique du Congo (Arptc) signale depuis le 16 janvier dernier que « la RDC a connu une coupure d’internet (…) aux alentours de 10 heures. Cette panne est due à une coupure du câble WACS à Limbe, au Cameroun. Les pays affectés sont ceux connectés au WACS à partir du Cameroun : Cameroun, Gabon, Congo/Brazzaville et la RDC ».

Le lendemain, l’Arptc a annoncé que la RDC est en train d’effectuer des travaux de connexion en redondance avec l’Angola-WACS Sud. D’où la reprise graduelle sur le réseau congolais.  

Avec un réseau de fibre optique officiellement estimé à 10 000 km, deux points d’atterrissement de câbles sous-marins (Wacs et Sat 3) opérationnels, et deux autres en cours de construction ou d’exploitation (NCSCS et ACE) ; « le Cameroun s’impose (...) comme un hub pour les infrastructures des télécommunications en Afrique centrale », selon l’opérateur MTN Cameroun.

Sylvain Andzongo

la-moitie-des-occupants-des-logements-sociaux-de-mbanga-bakoko-a-douala-n-ont-pas-de-contrat-avec-la-sic
Dans le cadre de la campagne d’identification des locataires des logements SIC lancée en septembre dernier, le directeur général (DG) de la Société...
louis-paul-motaze-enjoint-au-cenadi-de-mettre-fin-aux-faux-salaires-faux-avancements-et-fausses-pensions
Le 21 février 2020 à Yaoundé, la capitale camerounaise, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, a procédé à l’installation des responsables...
daniel-ona-ondo-les-pays-de-la-cemac-trainent-un-deficit-alimentaire-d-environ-2000-milliards-de-fcfa-par-an
Le 20 février à Douala, en ouvrant les travaux du Comité régional de l’Origine, qui permet d’identifier les produits pouvant bénéficier de la...
en-2019-le-cameroun-a-pu-mobiliser-643-milliards-de-fcfa-par-emission-de-titres-publics
Les activités du gouvernement camerounais sur le marché des titres publics ont permis de renflouer les caisses de l’État à hauteur de 643 milliards de...

STOPBLABLACAM TV

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n94 Février 2020

Sociétés de transfert d’argent Le Cameroun au cœur de la bataille


Entretien : « Passer d’une administration bureaucratique à une gestion publique performante »


Business in Cameroon n84: February 2020

Money transfer business Cameroon is on the front line


Interview: «Shifting from bureaucratic management to efficient public management»

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev