logoIC
Yaoundé - 19 avril 2024 -
Infrastructures

La Ring-Road pour désenclaver une riche région agricole

La Ring-Road pour désenclaver une riche région agricole

(Investir au Cameroun) - La construction de la Ring-Road fait partie des chantiers qu’attendent vivement les populations de la région du Nord-Ouest depuis 1983. Année au cours de laquelle le président de la République leur a promis la concrétisation de ce projet. A ce jour, le projet est loin d’être terminé.

D’après le ministère de l’Economie et le ministère des Transports, il faut trouver des partenaires pouvant mobiliser 143 milliards FCFA (220 millions €) afin de finaliser ce projet. L’annonce l’an dernier de Bernard Messengué Avom, le ministre des Travaux publics d’alors, du déblocage d’un montant de 20 milliards de Francs Cfa pour le lancement d’une partie du projet avait apaisé le cœur des populations.

En effet, ce projet consiste au bitumage de la boucle routière partant de Bamenda pour remonter jusqu'à Nkambe et redescendre en longeant la frontière du Nigeria. La boucle routière de la Ring-Road va relier Bamenda, Wum, Nkambe, Kumbo et Bamenda. Soit deux régions anglophones et quatre départements où les terres sont très fertiles, mais où l’état d'impraticabilité des routes fait sombrer et moisir les richesses agricoles dans les greniers des villages.  Au total, ce sont 358 km de routes qui doivent être bitumés. 

Dans son carnet de route publié sur Afrique Express, R-J Lique raconte que le trajet de la Ring-Road est somptueux. «On peut y avoir le sentiment qu'avaient sûrement nos ancêtres qui pensaient que la terre était plate et qu'il existait bel et bien une "fin du monde". C'est ce que l'on ressent parfois lorsque le regard se fixe sur les sommets des collines aux pâturages toujours verdoyants, que sillonnent les bergers peuls avec leurs troupeaux. Qu'y a-t-il après, derrière ? Sans doute rien. Que des pâturages et encore des pâturages et puis sans doute plus aucune vie humaine. C'est majestueux, presque envoûtant», écrit-il.

Une fois bitumée, cette route favorisera le tourisme, permettra le développement de la région, facilitera les échanges commerciaux avec le Nigéria et sauvera des vies humaines. «Cet axe routier de sauvetage permettra aussi l'intervention rapide des secouristes et le transport rapide par camion des vivres vers n'importe quelle partie du Nord-Ouest», explique le Dr Nfor N. Sunsungi, élite du Nord-Ouest et originaire de la Manyu, dans un journal de la place.

 

61 km acquis

En 2011, Bernard Messengué Avom avait déclaré aux députés qui souhaitaient comprendre les raisons du blocage de ce chantier qu’à la demande expresse du chef de l’Etat, 61 km seraient bitumés en 2011. Il s’agit du tronçon reliant Ndop à Kumbo. Le ministre des Travaux publics avait indiqué que Paul Biya avait ordonné le déblocage de 22 milliards FCFA pour la réalisation des travaux. 20 milliards FCFA avait été réuni par le gouvernement. 8 milliards issus du budget d’investissement public de l’année 2011 et 12 milliards issus de l’emprunt obligataire sur décision du président de la République.

En ce moment, indique-t-on du côté du ministère en charge de l’Economie, les travaux de bitumage de ce premier lot de 61 km sont en cours, réalisés par Sogea-Satom Cameroun.

Les autres appels d’offres sont en cours de préparation. Mais, au ministère des Travaux publics, l’on affirme que les besoins de financement pour finaliser ce projet de la Ring-Road est de 143 milliards FCFA. Le Cameroun recherche donc des partenaires pour sa concrétisation. 

Le 8 décembre 2010 déjà, lors de sa visite officielle à Bamenda à l’occasion du cinquantenaire des armées, Paul Biya avait déclaré : «En ce qui concerne la Ring-Road dont je connais l’importance pour l’économie locale, sachez que des négociations se poursuivent avec de grandes sociétés de travaux publics en vue de la réfection totale de cette voie qui permettra d’exploiter le potentiel agricole et pastoral de cette région.»

 

Beaugas-Orain Djoyum

 

Ce projet sera représenté à Genève à l’occasion du IXeme forum EMA Invest, en mars 2013.

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev