logoIC
Yaoundé - 18 août 2022 -
Finance

Impôts : la Beac plaide pour une taxation qui n’asphyxie pas l’activité du Mobile Money

Impôts : la Beac plaide pour une taxation qui n’asphyxie pas l’activité du Mobile Money

(Investir au Cameroun) - Dans son récent rapport sur les paiements électroniques dans la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) en 2020, la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) mène un plaidoyer pour une taxation qui n’asphyxie pas l’activité du Mobile Money dans la sous-région.

En effet, la Banque centrale écrit que, dans son rôle de conseiller et d’accompagnateur des États dans la digitalisation de leurs services de paiement, il est aussi de son devoir de sonner l’alerte sur « l’imposition de taxe sur les transactions de monnaie électronique pouvant entraîner un ralentissement de la marche vers l’inclusion financière ».

La Beac poursuit : « il est important pour les États, les prestataires de paiement et la Beac d’avoir une approche économique globale, concertée, qui viserait à permettre notamment l’élargissement de l’assiette taxable, une évolution de la stratégie de taxation des États qui ne pénalise pas le développement de l’activité des paiements électroniques, mais au contraire d’accroître le niveau de l’inclusion financière, le niveau de l’acceptation commerçant (y compris informels) ».

Ce plaidoyer de la Banque centrale intervient dans un contexte où, au Cameroun par exemple, le coût des transactions par Mobile Money a connu plusieurs hausses ces cinq dernières. Gratuits en 2012, les transferts d’argent par mobile sont devenus payants au fil des années. Pour retirer ou envoyer 100 000 FCFA par exemple, l’usager paie une commission de 1800 FCFA, soit une commission de plus de près de 2% du montant principal. Les opérateurs expliquent que ladite commission intègre, entre autres, des taxes. Pour la Beac, si cette dynamique de taxation se poursuit, cela pourrait plomber l’activité et l’inclusion financière. 

Sylvain Andzongo

marches-publics-jugee-frauduleuse-la-pratique-des-rabais-consentis-manuscrits-desormais-interdite-au-cameroun
La pratique des « rabais consentis » manuscrits qui consiste pour les soumissionnaires d’indiquer après l’ouverture des offres, dans leur acte...
le-brasseur-sabc-offre-des-couveuses-made-in-cameroun-a-8-hopitaux-pour-ameliorer-la-prise-en-charge-des-prematures
Le 16 août 2022, la SABC, l’entreprise leader du marché brassicole au Cameroun, a procédé à la remise de huit couveuses fabriquées localement à huit...
budget-le-cameroun-peine-a-tenir-compte-de-l-egalite-homme-femme-malgre-les-instructions-de-paul-biya
Dans sa récente circulaire relative à l’intégration et à l’évaluation de la budgétisation sensible au genre (c’est-à-dire qui tient en compte l’égalité...
rentree-scolaire-la-start-up-camerounaise-evo-solutions-lance-un-service-de-commande-et-de-livraison-de-manuels
En composant le numéro court 8098 sur son téléphone, il est désormais possible pour les parents d’élèves vivants dans les villes de Yaoundé et Douala...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev