logoIC
Yaoundé - 31 janvier 2023 -
Finance

Titres publics : avec 450 milliards à lever en 2023, le Cameroun s’achemine vers un 7e emprunt obligataire à la Bvmac

Titres publics : avec 450 milliards à lever en 2023, le Cameroun s’achemine vers un 7e emprunt obligataire à la Bvmac

(Investir au Cameroun) - Selon le projet de loi de Finances 2023 soumis à l’examen des parlementaires par le gouvernement, le Trésor public camerounais ambitionne de mobiliser 450 milliards de FCFA par émissions des titres publics, au cours de l’année 2023. Cette enveloppe, apprend-on, permettra au gouvernement de satisfaire ses besoins de trésorerie au cours de l’année. Les financements ainsi projetés sont de 100 milliards de FCFA inférieurs aux 550 milliards de FCFA d’endettement autorisés par émissions des titres publics en 2022, suite au collectif budgétaire du 2 juin.

Pour lever ces fonds, contrairement à la période 2019-2021, au cours de laquelle le Trésor public s’était complètement recentré sur le marché des titres publics de la Beac, pour la recherche des financements devant compléter son enveloppe budgétaire, le Cameroun devrait repartir sur sa stratégie hybride de l’année 2022. C’est-à-dire celle qui consiste à effectuer des opérations de levées de fonds aussi bien sur le marché des titres publics de la Beac, que sur le marché financier sous-régional unifié (Bvmac), basé à Douala, la capitale économique du pays.

Le 7e emprunt obligataire du Cameroun sur la Bvmac en 2023 est d’autant plus envisageable qu’en dépit des conditions du marché moins favorables que sur le marché des titres publics de la Beac, sur lequel le demandeur de capitaux peut économiser environ 2% du montant souscrit, le Cameroun s’inscrit d’abord, depuis 2022, dans une logique de dynamisation du marché financier unifié, qui est en quête de souffle. Ensuite, comme l’ont fait savoir les responsables du ministère des Finances lors du retour sur le marché financier en 2022, les opérations sur la Bvmac offrent l’opportunité à un large éventail de souscripteurs de participer au financement de l’État.

Un marché des titres de plus en plus obèse

Enfin, les réalités actuelles du marché des titres publics de la Beac imposent elles-mêmes une diversification des sources de financements aux États de la Cemac, qui s’y sont recentrés depuis quelques années pour leurs emprunts de longs termes. En effet, apprend-on de sources autorisées, en l’absence d’un dynamisme certain sur le marché secondaire des titres, les banques, qui opèrent comme intermédiaires (spécialistes en valeurs du Trésor ou SVT) sur le marché primaire, ont du mal à placer les titres détenus en propre.

À titre d’exemple, à fin août 2022, selon les données officielles, les SVT détenaient encore 78,8% (3 973 milliards de FCFA) des titres acquis sur le compartiment primaire de ce marché. Contre respectivement 13,8% et 1,6% pour les investisseurs institutionnels et les personnes physiques, dont le déploiement sur le compartiment secondaire du marché reste attendu.

Du coup, avec un portefeuille titres obèse, couplé à l’Épée de Damoclès du respect des ratios prudentiels qui pèse sur leurs têtes, les SVT opérant sur le marché de la Beac, qui sont du reste très courtisés par d’autres États de la communauté ces dernières années, devraient difficilement pourvoir au Trésor camerounais la totalité des 450 milliards de FCFA de financements à mobiliser par émissions de titres publics au cours de l’année 2023. De ce point de vue, le marché financier sous-régional offre une opportunité idoine pour compléter l’enveloppe sollicitée.

Brice R. Mbodiam  

la-banque-mondiale-pousse-l-etat-du-cameroun-a-se-desengager-de-certains-secteurs-productifs
Dans son rapport intitulé « Créer des marchés au Cameroun », la Banque mondiale estime que la présence de l’État dans les secteurs productifs décourage le...
fuh-calistus-gentry-secretaire-d-etat-depuis-16-ans-nomme-interimaire-a-la-tete-du-ministere-des-mines
Suite au décès du ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, Gabriel Dodo Ndoké, survenu le 21 janvier 2023, l’intérim à...
la-banque-mondiale-ponte-le-manque-de-coherence-des-politiques-fiscales-au-cameroun
Dans un rapport paru en début décembre et intitulé « Créer des marchés au Cameroun », la Banque mondiale pointe le « manque de...
l-afd-s-engage-a-injecter-33-4-milliards-de-fcfa-dans-des-projets-dans-la-partie-septentrionale-du-cameroun
Le ministre camerounais de l’Économie, Alamine Ousmane Mey, signe ce 30 janvier 2023 à Garoua, dans la partie septentrionale du pays, trois accords...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev