logoIC
Yaoundé - 24 septembre 2022 -
Gestion publique

Fonction publique : le Cameroun espère maitriser sa masse salariale en 2025, après 10 ans de recrutements massifs

Fonction publique : le Cameroun espère maitriser sa masse salariale en 2025, après 10 ans de recrutements massifs

(Investir au Cameroun) - Au cours de l’année 2025, le gouvernement camerounais projette de porter son ratio de soutenabilité de la masse salariale des agents publics à 33,8%, contre 36,2% en 2024, 37,2% en 2023 et 36,3% en 2022. Si cette projection contenue dans le document de programmation économique et budgétaire à moyen terme (2023-2025), base du débat d’orientation budgétaire (DOB) 2022, venait à se réaliser, le Cameroun enregistrera alors sa première bonne performance depuis 16 ans, sur cet indicateur édicté par la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA, Guinée équatoriale) au titre des critères de surveillance multilatérale.

 Établi à un maximum de 35%, le ratio de soutenabilité de la masse salariale de l’État représente le rapport entre le volume des recettes fiscalo-douanières collectées au cours d’une année et les dépenses des personnels de l’État. Dans un document officiel annexé à la loi de finances 2022, le gouvernement camerounais révèle que ce ratio plafonné à 35% n’a jamais été respecté depuis l’année 2009 (ce qui fera 16 ans de contreperformance en 2025), en raison de l’explosion des recrutements à la Fonction publique, en comparaison avec les départs à la retraite.

En effet, révèle le même document, entre l’année 2011 et fin juin 2021, les effectifs de la Fonction publique camerounaise sont passés de 206 212 à 346 557 personnes, soit une hausse de 68%. Les dépenses des personnels ont connu la même courbe ascendante, passant au cours de la même période de seulement 681,4 milliards de FCFA à plus de 1 000 milliards de FCFA.

Pour rétablir le seuil du ratio de soutenabilité de la masse salariale de l’État à moins de 35% en 2025, le Cameroun prévoit de renforcer les mécanismes de contrôle et de poursuite de l’assainissement du fichier solde de l’État, selon le document de programmation économique et budgétaire à moyen terme (2023-2025). Il est aussi question de réformer le processus de recrutement et de gestion des ressources humaines de l’État, afin de garantir la maitrise des effectifs et d’assurer la cohérence entre la qualité des recrutements et les besoins en personnels indispensables pour dynamiser les secteurs prioritaires en adéquation avec la SND30. L’État entend en outre accélérer les conditions de mise en place effective du nouveau système de gestion du personnel et de la solde, notamment le Sigipes II.

Des salariés fictifs

Organisé à partir de l’année 2018 par le ministère des Finances, l’opération de comptage physique des personnels de l’État (Coppe) a permis d’extirper dans le fichier solde de l’État des milliers d’agents publics fictifs, et d’identifier des pensionnés et des personnels encore actifs percevant indûment certains paiements et autres avantages depuis des années, du fait de pratiques répréhensibles. Selon le Premier ministre, Joseph Dion Nguté, cette opération a permis au Trésor public d’économiser une enveloppe totale de 51 milliards de FCFA sur la masse salariale des agents publics en 2021.

Pour ce qui est de la rationalisation des recrutements, l’on peut observer que le 11 juin 2021, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph Lé, a par exemple signé 28 arrêtés portant ouverture de concours pour le recrutement de nouveaux personnels dans différents corps de l’État, pour le compte de l’année 2021. Au total, seulement 1 536 postes étaient ouverts. Ce chiffre révèle une baisse drastique, en comparaison avec les 3 700 places pourvues en 2020, contre respectivement 5 411 et 5 179 postes ouverts en 2019 et 2018.

Dans le même temps, dans une correspondance datée du 19 mai 2022, co-signée par les ministres de l’Enseignement supérieur et de la Fonction publique, dont le destinataire est le Secrétaire général de la présidence de la République, le gouvernement laisse entendre qu’il pourrait suspendre, dès l’année 2023, l’intégration automatique à la Fonction publique des enseignants formés dans les Écoles normales supérieures (ENS) et les Écoles normales supérieures de l’enseignement technique (Enset).

Cette hypothèse est d’autant plus envisageable que, confesse le gouvernement dans le document annexé à la loi de finances 2022 et évoqué plus haut, l’explosion des recrutements dans la Fonction publique est principalement le fait de l’intégration automatique dans les effectifs de l’État des diplômés des ENS et Enset du pays. « En passant de 30 640 à 83 308 entre janvier 2010 et juin 2020, les effectifs des enseignants du secondaire se sont multipliés par 2,7. Ils représentent désormais 34,4% des effectifs de la Fonction publique, alors qu’ils n’en représentaient que 15,8% au début de l’année 2010. De même, leur masse salariale représente 32,3% contre 21% en 2010 », apprend-on.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi :

16-06-2021 - Le Cameroun resserre la vis autour des recrutements des agents de l’État, pour oxygéner les finances publiques

03-12-2021 - Masse salariale des agents de l’État : en 2021, le Cameroun passe à nouveau à côté du ratio de soutenabilité de la Cemac

15-03-2021 - Au Cameroun, l’évolution de la masse salariale des agents publics menace l’équilibre budgétaire

05-04-2022 - Santé publique : 25 000 postes sollicités au moment où l’État du Cameroun tente de rationaliser ses recrutements

affaires-glencore-et-sinosteel-au-cameroun-cas-pratiques-du-besoin-de-plus-de-transparence-sur-les-contrats-extractifs
Durant le mois de mai 2022, le Cameroun a connu une polémique à propos d’une convention d’exploitation de fer signée entre son gouvernement...
reconstruction-de-raffinerie-de-la-sonara-le-trader-suisse-vitol-se-positionne
Le trader suisse Vitol SA est intéressée par la reconstruction de la raffinerie de la Société nationale de raffinage (Sonara) du Cameroun, ravagée par un...
titres-publics-de-la-beac-avec-plus-de-81-de-l-encours-les-prets-de-plus-d-un-an-dominent-le-marche
Selon la Cellule de règlement et de conservation des titres (CRCT) de la Beac, la structure des titres sur le marché des titres publics à fin août 2022...
bvmac-la-premiere-cotation-de-l-emprunt-obligataire-2022-2029-de-l-etat-du-cameroun-annoncee-pour-le-28-septembre
Le 6e emprunt obligataire de l’État du Cameroun (2022-2029), qui avait permis au pays de lever 235 milliards de FCFA sur la Bourse des valeurs...

Les banques du Cameroun dominent à 78% le marché des titres publics au Gabon à fin 2021 avec Ecobank Cameroun qui détient la plus grande part de marché (17,50 %)

InfographieIAC banques camerounaises

A la Une du magazine


Investir au Cameroun n121:Mai 2022

Les marges de progression du secteur télécom camerounais


Pourquoi les entreprises camerounaises cachent autant leurs comptes ?


Business in Cameroon n110: April 2022

Covid-19, war in Europe: Some Cameroonian firms will suffer


Albert Zeufack: “Today, the most important market is in Asia

  1. Plus lus 7 jours
  2. partagés 1 mois
  3. lus 1 mois
next
prev